Musée de l’Histoire Vivante
Musée d’Histoire sociale et ouvrière

Accueil > Expositions > Anciennes expositions > 1914-2014, l’impossible oubli

14 juin > 31 décembre 2014

1914-2014, l’impossible oubli

Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale, le musée de l’Histoire vivante a choisi de présenter quelques lithographies de Steinlen, des dessins d’Otto Dix et des peintures de Philippe Guerry. L’exposition « L’impossible oubli, 1914-1918 » offre aux visiteurs plusieurs regards sur ce conflit meurtrier qui ouvre le XXe siècle.

Steinlen

D’abord, le regard de ce peintre et dessinateur que fut Théophile Alexandre Steinlen. Né à Lausanne en 1859, naturalisé français en 1901, Steinlen appartient à cette génération d’artistes montmartrois, anarchistes et dreyfusards dont certains d’entre eux basculent dans l’Union sacré sans jamais sombrer, comme beaucoup, dans la surenchère belliciste ou l’hystérie anti-germaniste. De leur départ en gare du Nord ou de l’Est, jusqu’à leurs tranchées, Steinlen accompagne les poilus, au plus près de leurs blessures, de leurs souffrances, de leur mort. Le trait, tout en retenue, accentue, par contraste, l’enfer des combats et la destruction d’un paysage ravagé par la guerre. Steinlen ne dénonce pas la guerre, il la dessine dans sa réalité crue.

Dix

L’artiste allemand, Otto Dix (1891-1969), lui, est un engagé volontaire, décoré de la croix de fer à l’issue des combats auxquels il participe pendant les quatre années de la guerre. Entre 1923 et 1924, à contre-courant d’une opinion publique qui manifeste son profond désir de « sortir de la guerre », l’artiste décide de s’y replonger « pour s’en débarrasser » et grave une série de 50 eaux fortes éditées en coffret. La série « Der Krieg » (la guerre), tirée à 70 exemplaires, est à l’époque un échec commercial. Elle est aujourd’hui considérée comme un témoignage majeur sur la guerre, à l’instar de Los desastres de la guerre de Goya.

Guerry

Les peintures de Philippe Guerry surprennent par leur habileté à témoigner d’une guerre, bien qu’il ne l’ait pas vécu. Ce sont les défilés scolaires aux monuments aux morts, auxquels il participe à Bourg-en-Bresse dans sa jeunesse, qui lui apprennent « que les guerres jamais ne s’éteignent ». Cet apprentissage à la mémoire, construit par la découverte de l’œuvre de Dix, puis d’une littérature de guerre et du cinéma, nourrit depuis plus de vingt ans une constante « obsession » à vouloir peindre la Première Guerre mondiale.


Philippe Guerry, L'escouade, 2013, 73x54 cm Théophile Alexandre Steinlen, Gare régulatrice, eau-forte et aquatinte, 1916, (...) Philippe Guerry, Dixmude, 2012, 73x60 cm Théophile Alexandre Steinlen, Vent d'Est, lithographie, 1916, coll. (...) Philippe Guerry, Charnier, 2009, 130x89 Théophile Alexandre Steinlen, Chanson de route, lithographie, 1917, coll. (...) Otto Dix, XXI – ABGEKÄMPFTE TRUPPE GEHT ZURÜCK (SOMMESCHLACHT) Retour de la (...) Philippe Guerry, L'exemple, 2013, 116x89 Théophile Alexandre Steinlen, Belgica, lithographie, 1916, coll. (...) Otto Dix, XII- STURTRUPPE GEHT UNTER GAZ VOR Peloton montant à l'assaut (...)

Conditions de consultation et d’utilisation
la consultation de nos fonds se fait sur rendez-vous. L’utilisation de documents iconographiques issus de nos collections est soumise à autorisation. Pour toutes demandes de consultation, d’utilisation ou de reproduction, merci de bien vouloir nous adresser votre demande en écrivant à Véronique Fau-Vincenti ou à Éric Lafon.

Musée de l’Histoire Vivante - 2016

Musée de l’Histoire vivante
Association loi 1901 reconnue d’intérêt général
31 bd Théophile-Sueur - 93100 Montreuil
info@museehistoirevivante.fr
01 48 54 32 44
Responsable de la publication : Pascale Favel
Conception du site : Benoît Labourdette
Hébergeur du site : o2switch
Propriété intellectuelle
Toute utilisation de la reproduction
des éléments présentés sur ce site
est interdite hormis pour une consultation
individuelle et privée.