Musée de l’Histoire Vivante
Musée d’Histoire sociale et ouvrière

Accueil > Expositions > Anciennes expositions > Femmes en métiers d’hommes

17 janvier > 31 décembre 2015

Femmes en métiers d’hommes

Le musée de l’Histoire vivante proposait, du 17 janvier au 31 décembre 2015, une exposition à partir de l’ouvrage éponyme de Juliette Rennes : Femmes en métiers d’hommes.

Les pionnières

Rendre visibles les « pionnières » qui accèdent à des activités alors réservées aux hommes est une préoccupation centrale des féministes des années 1900 : contre le discours sur l’infériorité naturelle des femmes, les portraits d’étudiantes, d’avocates, de doctoresses, d’ingénieures, de cochères, de charpentières ou de sportives que diffusaient journaux et associations féministes visaient à montrer ce dont les femmes sont capables.

Cette démonstration se heurtait cependant aux caricatures, largement diffusées, de ces « femmes en métiers d’hommes ». Dans la presse satirique, les cartes postales, les comédies de Boulevard, les premiers films muets ou les chansons de café-concert, on entend des doctoresses prescrire des remèdes fantaisistes, on voit des cochères multiplier les accidents, des avocates en escarpins, robes noires moulantes, décolletées et larges sourires, peu crédibles dans les fonctions qu’elles sont censées incarner. De nombreux récits et images annoncent l’avènement d’un monde inquiétant où les « femmes de l’avenir » marins, députés ou pompiers prendront le pouvoir, obligeant leurs maris à rester à la maison.

Entre l’héroïsation féministe et le discrédit antiféministe, figure également une multiplicité de représentations et de jugements ambivalents. A Paris, badauds et photographes attroupés autour des premières colleuses d’affiches, tout comme les expéditeurs des cartes postales où elles apparaissent, expriment d’abord surprise et incrédulité. Sujet de controverse, les « femmes en métiers d’hommes » se muent alors en objet de spectacle, souvent à leur corps défendant, telles, en 1907, ces huit cochères parisiennes amenées à rejouer les scènes ordinaires de leur journée de travail pour plusieurs centaines de reportages.

Diversité des archives écrites

L’exposition vise à révéler la diversité de ces archives écrites, visuelles et sonores, des trajectoires de pionnières et des regards portés sur elles. Il s’agissait d’éviter deux écueils : étouffer cette diversité sous le grand rire de la satire, fût-il dominant à l’époque, ou céder à l’héroïsation de quelques femmes d’exception en occultant la dimension collective des combats féministes dont elles ont bénéficié. En somme, il fallait restituer l’épaisseur historique de ces images et de ces débats sur les transformations des rapports entre les sexes. Par certains aspects, ces archives d’un imaginaire auront pour le visiteur la saveur archaïque d’un passé bel et bien révolu. Par d’autres, elles résonneront peut-être avec des craintes contemporaines sur le brouillage des rôles de genre, qui perdraient alors l’éclat tranchant de leur apparente nouveauté.

Juliette Rennes


Le Petit Journal, 11 octobre 1908, supplément illustré n°934 Sans titre, Jeanne Chauvin, Carte-photo, 1902 La Fronde, n°1, 9 décembre 1897 La Citoyenne, numéro du 1er octobre au 5 novembre 1882 J'ai vu, 4 août 1917 Le Sourire, n°65, 19 janvier 1901 Madeleine Charnaux (1902-1943), world wide NY, 1937 Béthune - Triage La coursière Maryse Bastié, photographie Safara, 1931 Le Petit Journal, n°527, 23 décembre 1900 L'avocate, partition L'illustration, n°3325, 17 novembre 1906 Le Rire, n°212, 23 février 1907 Le Pellerin, n°1573, 24 février 1907

Conditions de consultation et d’utilisation
la consultation de nos fonds se fait sur rendez-vous. L’utilisation de documents iconographiques issus de nos collections est soumise à autorisation. Pour toutes demandes de consultation, d’utilisation ou de reproduction, merci de bien vouloir nous adresser votre demande en écrivant à Véronique Fau-Vincenti ou à Éric Lafon.

Musée de l’Histoire Vivante - 2016

Musée de l’Histoire vivante
Association loi 1901 reconnue d’intérêt général
31 bd Théophile-Sueur - 93100 Montreuil
info@museehistoirevivante.fr
01 48 54 32 44
Responsable de la publication : Pascale Favel
Conception du site : Benoît Labourdette
Hébergeur du site : o2switch
Propriété intellectuelle
Toute utilisation de la reproduction
des éléments présentés sur ce site
est interdite hormis pour une consultation
individuelle et privée.