Musée de l’Histoire Vivante
Musée d’Histoire sociale et ouvrière

Accueil > Expositions > Exposition du 14 mars au 26 juillet 2020 > Max Lingner. À la recherche du temps présent

Du 14 mars au 26 juillet 2020

Max Lingner. À la recherche du temps présent

L’EXPOSITION EST PROLONGÉE JUSQU’AU 26 JUILLET 2020

Afin de vous accueillir au mieux, le respect des gestes barrières et notamment le port du masque (sauf pour les moins de 11 ans) sont obligatoires.

Nous donnerons la priorité d’entrée aux personnes qui auront réservé soit par mail mushistviv@gmail.com soit par téléphone : 01 48 54 32 44

INAUGURATION LE 14 MARS À 17H30

Exposition proposée par la Fondation : Max-Lingner-Stiftung Berlin
Commissaires de l’exposition : Rahel Melis et Franck Hofmann

Si Lingner a pu devenir le portraitiste de l’ouvrier parisien c’est parce qu’il est un « maître de la réalité », un observateur et un fanatique du réel acharné à fixer ce qui est. C’est aussi ce qui donne de la tenue à ses peintures pleines de vie et d’élan, sans pathos. De la retenue dans les coloris, le plus souvent restreints à un gris argenté, un brun, une touche de rouge : il a l’étoffe d’un peintre muraliste.
Paul Westheim, 1939

Max Lingner quitte Weissenfels pour Paris en 1929. Dans la ville des avant-gardes artistiques, il est à la recherche d’impulsions nouvelles qu’il trouvera dans le mouvement ouvrier. Son emploi de dessinateur de presse pour Monde de Barbusse et l’Humanité, fait de lui l’artiste du Front populaire et du Parti communiste. Dans ce contexte, il développe un style éminemment moderne et conçoit une œuvre puissamment ancrée dans son engagement politique : « L’art est un acte, une action ». Pour Lingner l’art est également l’étude de l’expression humaine : ses images de la banlieue, des ouvriers et ouvrières, impressionnent par la sobriété radicale du trait, par le rapport entre figuration et réduction. De retour à Berlin, Lingner transpose, à partir de 1949, des motifs picturaux emblématiques et les grands décors qu’il avait réalisés pour la Fête de l’Humanité dans le contexte de la fondation de la RDA. Nommé professeur de « peinture du temps présent », il a à subir tout à la fois la pression de l’idéologie d’État, des circonstances politiques et de sa propre partialité. Dans l’édification d’un « nouveau réalisme allemand », l’appréhension du réel qui caractérise les œuvres de la période française de Lingner passe à l’arrière-plan. Le cycle mural monumental La Construction de la République dédié à la fondation de la RDA, à la Maison des Ministères est emblématique de la perte dans la sphère artistique soumise au dogme du réalisme socialiste. Mais la « recherche du temps présent » entreprise en France par Lingner conserve sa force trente ans après la chute du mur : en tant qu’interrogation sur le réalisme dans une politique contemporaine de l’art et sur l’humain dans une modernité sociale.


Discussion Musiciens de rue Ouvriers amoureux L'amoureuse Jeune fille grelottante Issy les Moulineaux Paris, « Ville de plaisir » Charonne unir ! unir ! unir ! En revenant de la manifestation La Une du journal Monde du 19 décembre 1931 La Une du journal Monde du 19 mars 1932 Salle 1 Salle 2

Conditions de consultation et d’utilisation
la consultation de nos fonds se fait sur rendez-vous. L’utilisation de documents iconographiques issus de nos collections est soumise à autorisation. Pour toutes demandes de consultation, d’utilisation ou de reproduction, merci de bien vouloir nous adresser votre demande en écrivant à Véronique Fau-Vincenti ou à Éric Lafon.


Musée de l’Histoire Vivante - 2016

Musée de l’Histoire vivante
Association loi 1901 reconnue d’intérêt général
31 bd Théophile-Sueur - 93100 Montreuil
info@museehistoirevivante.fr
01 48 54 32 44
Responsable de la publication : Pascale Favel
Conception du site : Benoît Labourdette
Hébergeur du site : o2switch
Propriété intellectuelle
Toute utilisation de la reproduction
des éléments présentés sur ce site
est interdite hormis pour une consultation
individuelle et privée.