Montreuil. Une ville de banlieue, une ville au-delà du périphérique, avec son histoire, son territoire, ses quartiers, ses populations…Les nombreuses images de Montreuil ont été diffusées au fil du temps illustrant souvent histoires et « légendes » toutes aussi nombreuses.

 

L’exposition Figures de Montreuil au sens de « représentations » a décrit l’évolution de cette ville et tout « simplement » a tissé quelques aspects de son histoire.

Une ville c’est d’abord un nom et Montreuil eu de nombreuses appellations. Une ville c’est aussi un espace géographique circonscrit par des délimitations administratives. Et là aussi les évolutions sont circonscrites par les plans successifs de la ville. Une ville c’est aussi en relation avec l’histoire médiévale de notre pays, une paroisse rassemblée autour de son église. C’est depuis la Révolution française et la proclamation de la République, une collectivité administrative et citoyenne dont la Mairie, hôtel de ville, se veut être la « maison du peuple ». Une ville, comme Montreuil, c’est aussi une communauté de travailleurs : le mot est plus ancien que certains le pensent, et d’abord d’agriculteurs, de vignerons et d’horticulteurs, puis d’artisans et d’ouvriers ensuite qui deviendront majoritaires et auxquels s’ajouteront les employés. C’est de fait cette activité économique qui, de tout temps, attire une main d’œuvre en provenance d’autres régions françaises et d’autres pays. Cette main d’œuvre choisira parfois de s’installer définitivement à Montreuil et d’acquérir la nationalité française.

Une fois devenus citoyens certains d’entre eux deviendront des acteurs de la vie locale et municipale. Montreuil ne diffère pas des autres communes de la banlieue parisienne, pas plus qu’elle ne diffère de cette banlieue « rouge » dont elle fut partie intégrante. Les cultures politiques sont aussi présentes dans leur diversité et s’expriment notamment au cours des siècles, même si une d’entre elle parvient à dominer les autres. Montreuil fut une ville gérée par la droite, puis par le Parti socialiste SFIO, puis bascula dans le communisme municipal à partir de 1935. Toute cette histoire pour laquelle nous vous livrons ici quelques éclairages a nourri les représentations et les caricatures que l’on peut se faire d’une ville de banlieue.

Figures de Montreuil